Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Petite nostalgie de Jesse Cook...

par Communications Sylvie Bibeau 10 Mai 2008, 03:34 Musique et Spectacles

J'ai reçu la programmation du Festival de Jazz de Montréal...ce qui m'a fait repenser aux superbes moments que j'ai passé lors des 2 derniers spectacles de Jesse l'automne dernier...dommage qu'il ne soit pas des nôtres cet été durant le festival...et...comme par hasard, ce soir en jetant un coup d'oeil sur la provenance des lecteurs de mon blogue, j'ai trouvé une très belle biographie de Jesse Cook publiée
sur le très beau site de monsieur Armando :  dubleudansmesnuages.com ...je vous invite à visiter son site car il fait d'excellents articles...Comme il doit passer du temps pour faire un site comme celui-là...c'est comme celui de Jean-Denis Morin...wow!...que de temps à y consacrer...voici le texte...(en passant, je fais la demande de ravoir l'album que j'avais acheté lors de la dernière visite de Jesse à la PDA...thanks God à l'avance pour son retour...mon message est passé à qui de droit!...lol...)

du bleu dans mes nuages

Sur le fil d’or de mes silences, je retrouve l’équilibre

Jesse Cook - Azul

01-jesse-cook0-montreal.jpg

Bien évidemment que vous faites ce que vous voulez, mais si vous me permettez un conseil … quand vous voyez que « la chose » prend le chemin du cafard et vous vous sentez en manque d’énergie, vous vous servez un grand verre plein de musique de Jesse Cook - vous pouvez aller jusqu’à vous saouler sans crainte – et vous allez voir que ça ira nettement mieux après.

Le virtuose est né à Paris et puis, presque sans jamais avoir vu la tour Eiffel, est parti à Toronto (Canada) : il avait trois ans.

A dix ans, il est admis à la prestigieuse Eli Kassner Academy de Toronto et poursuit sa formation musicale au Royal Conservatory et plus tard à l’Université York de Toronto.

Toutefois, ce n’est qu’en 1980, après avoir écouté une formation appelée les Gipsy Kings, qu’il est devenu amoureux de cette manière percutante de jouer de la guitare.

Il a continué sa formation pendant deux ans au Berklee College of Music de Boston.

Puis, rentré à Toronto, il commence à composer sur demande. C’est lors d’une de ces commandes, et par le plus grand des hasards qu’allait se révéler un point tournant dans sa carrière.

À la demande d’une chaîne de télévision de Toronto, il écrit une pièce fusionnant rumba et flamenco pour servir d’indicatif musical. Aussitôt cette musique diffusée, le public lui a réservé un accueil inattendu, puisqu’il s’est mis à rechercher avec insistance cette musique. 

02-jesse-cook0-nomad1.jpg03-jesse-cook0-free-fall.jpg
04-jesse-cook0-vertigo.jpg
05-jesse-cook0.jpg06-jesse-cook0-frontieres.jpg

Ce fait est à l’origine de son premier album “Tempest”  sorti en1995. Et, encore aujourd’hui, si le nom de Jesse Cook ne vous dit rien, il est sans doute possible que vous l’ayez déjà entendu, sans le savoir. En effetm chacun de ses albums porte le sceau du succès et se classe en début de liste des palmarès de la dite world music.

Et même si certains l’entraînent dans une définition de guitariste ”du nouveau flamenco”, Jesse Cook se défend en disant qu’il ne fait qu’associer la tradition du flamenco espagnol à la rumba cubaine, comme pour faire du “nouveau avec l’ancien“.

Cependant, Jesse Cook a si bien perfectionné son habileté à s’amuser avec les cordes qu’il a créé une nouvelle sonorité électrisante qui, à mon sens, lui vaut bien le qualificatif de virtuose. Il est à la fois le rythme, le feu et la grâce. 

La chanson de la semaine s’appelle Azul (Bleu) et est extraite de son album “Gravity” parue en 1996 et fait partie de la compilation “Ultimate Jesse Cook” parue en 2005.

jesse-cook0-ultimate.jpg

 

 

Sa discographie :  

Tempest (1995)
Gravity (1996)
Vertigo (1998)
Free Fall (2000)
Nomad (2003)
Montreal (2004)
Ultimate Jesse Cook (2005)
Frontiers (2007)

  jesse-cook.jpg

commentaires

Armando 24/05/2008 17:07

Bonjour Sylvie Merci de votre gentilesseje viendrais quelquefois lire ce texte et tous les autres.Et puis vous savez, tous les samedis "j'offre" a tous ceux qui se perdent dans mes lieux "la chanson de la semaine" si ça vous dit ...A bientôt?Armando (sans messieur ni madame)

Sylvie Bibeau 24/05/2008 05:46

En passant,dans mon imperfection, j'ai complètement oublié de m'excuser si je vous ai offusqué de ne pas vous avoir contacté avant de le faire....et bravo encore pour votre bon travail....

Sylvie Bibeau 24/05/2008 05:34

Bonjour!C'est une pratique que nous faisons entre blogueurs. Jean-Denis avait fait la même chose avec un de mes textes et j'en avais été flattée. Je viens de donner la référence de votre site sur le texte vraiment bien fait...Bravo!...C'est pourquoi je l'avais mis d'ailleurs....Si vous désirez que je l'enlève...ce sera fait`....J'ai très peu de temps à consacrer à mon blogue même si c'est une passion pour moi...il y a parfois des oublis ou des erreurs....c'est ma merveilleuse imperfection que j'accepte de plus en plus....je crois que c'est ça la sagesse...de s'accepter comme on est en ayant fait notre possible et en essayant de faire mieux la prochaine fois....

Armando 23/05/2008 14:50

Bonjourune amie a attiré mon attention sur mon billet que vous avez repris intégralement dans votre blog.Bien évidemment que mon intention étant, avec cette rubrique et mes recherches, mettre un valeur un artiste, j'aurais toutefois apprécié si vous m'aviez prévenu de votre démarche.Bonne continuation a votre site.Amicalement.dubleudansmesnuages.com

Haut de page