Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Santana au Centre Bell le 15 avril

par Communications Sylvie Bibeau 14 Avril 2008, 10:48 Musique et Spectacles

Depuis le temps que j'avais envie de voir mon idole d'adolescence...Santana, ce musicien reconnu qui a su traverser le temps....à mardi Carlos!Click here to find out more!
 (Photo AP)

Photo AP


Nicolas Houle

Le Soleil

Rares sont les artistes aussi à l'aise en territoire jazz qu'en territoire funk, blues, rock ou latin. Encore plus rares sont les leaders qui conquièrent le public en laissant le prestigieux poste de chanteur à leurs collaborateurs. En 40 ans de carrière, Carlos Santana peut se vanter d'avoir réussi tout ça. Qui plus est, en ne s'éloignant jamais trop longtemps du sommet des palmarès. Entretien avec un guitariste souvent critiqué, mais toujours estimé.

Click here to find out more! 

Q: Depuis 1999, vos albums sont résolument pop. Est-ce que la scène, plutôt que le studio, est désormais l'endroit privilégié pour expérimenter?


R: Ces histoires de studio ont commencé en 1999-2000. Auparavant, de 1973 à 1999, j'avais la chance de faire tout ce que je souhaitais faire... Je ne fais pas de distinction entre le moment où j'inspire et le moment où j'expire. Pour moi, c'est une question d'équilibre. J'ai eu la chance de jouer avec Pharoah Sanders, Wayne Sorter ou Herbie Hancock, alors ma vie est assez équilibrée. En spectacle, on sait ce que les gens veulent entendre, on leur offre et on s'assure de les mettre à jour. Comme dit Wayne Shorter, c'est quelque chose de complètement neuf et familier.


Q: La fin des années 80 et le début des années 90 ont été difficiles pour vous sur le plan commercial. Commenciez-vous à vous demander ce que vous faisiez d'incorrect?


R: J'avais pris la décision de ne pas être à la radio à cette époque. Ça importait peu que je sois absent des Grammys ou que le Rolling Stone m'ignore. (...) Autour de 1997, quelque chose a changé lorsque mon père est mort. Je sentais que peut-être il y aurait une façon de renouer avec Clive Davis (l'ancien patron des disques Columbia, où Santana avait été édité durant 25 ans et qui a par la suite été à la tête des disques Arista). Nous nous sommes rencontrés, il a cru en moi et il savait que la puissance de mon groupe était incroyable. Tout ce dont nous avions besoin était des chansons destinées aux radios. Il m'a dit: "Je suis intéressé à travailler de nouveau avec toi, es-tu ouvert à collaborer avec Rob Thomas, Dave Mathews, Lauryn Hill, des gens qui t'apprécient et qui sont prêts à écrire pour toi ou avec toi?" Qu'est-ce que vous faites lorsque Chad Kroeger écrit une pièce pour vous et que vous remplissez un aréna grâce à cette chanson? (...) Pourquoi je n'honorerais pas ça en l'amenant à un autre niveau? Voilà ce qu'est pour moi, le volet commercial: un aréna.


Q: Votre groupe a connu un changement incessant de musiciens. Est-ce qu'en vous entourant de ces différents talents vous vous forcez à ne pas faire du surplace?


R: Absolument. Parallèlement à cela, vous devez investir votre pureté et votre innocence. Quand vous regardez un bébé naissant, vous pouvez voir la pureté et l'innocence dans ses yeux. Vous avez cela et je l'ai aussi, il ne s'agit que de l'entretenir, autrement vous devenez sénile et tout ce que vous faites est prévisible. La clé pour élever votre conscience, c'est rester dans un espace où vous pouvez continuellement amener de la lumière, de la joie et de la paix pour vous et pour les gens autour de vous. Je n'appartiens pas au showbusiness. Mon boulot est de toucher votre coeur, de faire dresser vos cheveux, de vous faire pleurer et rire en même temps. Ça, c'est ce qui m'intéresse et pour faire ça, je dois visiter ce lieu de pureté et d'innocence.


Q: Dans les années 70, votre musique a pris des airs spirituels. Vous étiez devenu Devadip Santana et Sri Chinmoy était votre gourou. Est-ce que votre art est encore une démarche spirituelle?


R: Je suis reconnaissant de ce que j'ai pu apprendre de Sri Chinmoy ou de n'importe quel autre guide spirituel, mais en même temps, la spiritualité, c'est avoir de la passion pour la compassion. À ce point-ci de ma vie, je suis comme l'air ou l'eau: je n'appartiens à personne; je crois que je suis accessible et disponible pour tout le monde, mais je ne me considère plus comme un catholique, car si Jésus était vivant, il ne serait pas catholique, ni chrétien: il serait un esprit multidimensionnel. C'est la raison pourquoi il a été crucifié: il était en avance sur son temps... (...) Tout ça finit par rejoindre la musique: si vous donnez à un singe une banane et un diamant, il choisira la banane. Une fois que le singe a évolué suffisamment pour prendre le diamant, c'est là qu'il choisira le Christ. Lorsque vous choisissez le diamant, ça veut dire que vous misez sur quelque chose qui durera toujours. Et c'est ce qu'est le Christ ou Bouddha ou Krishna. Idem avec la musique: Bob Marley avec One Love, John Coltrane avec A Love Supreme, John Lennon avec Imagine...


Q: Est-ce que la musique est votre moyen d'expression privilégié, encore plus que la parole?


R: Oh oui, parce que la parole est anglaise, espagnole ou autre. Quand John Lee Hooker faisait "Hmmmm, hmm, hmmm", tout le monde comprenait. Hmmmm, hmm, hmmm, c'est français, anglais ou russe. Ça veut dire que c'est bon! Quand vous touchez à la mélodie, aux tonalités, aux harmonies, ça devient universel.

Carlos Santana se produira au Centre Bell le mardi 15 avril.


commentaires

Haut de page